UN HOMME

ADAPTÉ ET INSPIRÉ DE CHARLES BUKOWSKI
MISE EN SCÈNE, ADAPTATION ET ÉCRITURE — GAËL LEVEUGLE

la menuiserie
J 4 | V 5 avril
 | J 04/04: 20H30 - V 05/04: 14H00

Un soir, Constance vient retrouver George, qu’elle avait pourtant quitté, dans la caravane où il vit. Elle a apporté une bouteille de whisky. Il l’écoute, lui parle de ses jambes qu’il aime tant. Les deux amants cherchent à se retrouver. Ils se désirent. Mais, dans les mots, la fébrilité des gestes et les vapeurs d’alcool, tragiquement, soudainement, un écart, une faille infranchissable se creuse. Il la gifle. Tout dérape… C’est une histoire de retrouvailles ratées, entre agressivité et amour. Celle de gens ordinaires qui se déchirent, de deux corps qui s’appellent mais ne peuvent se rejoindre… Partant de cette nouvelle de Charles Bukowski, romancier sulfureux au style direct, parfois cru, mais non dépourvu d’humour et de profondeur, la compagnie Ultima Necat construit, à même le plateau, un spectacle singulier et protéiforme. Loin d’une retranscription littérale et naturaliste, le texte est disséqué, étiré et enrichi d’autres matériaux, comme pour en multiplier les possibles lectures, en révéler son universalité. Quand la parole ne peut plus dire l’absurdité et la folie d’un quotidien devenu trop pesant, la danse, le mime, l’acrobatie, la chanson ou la déclamation s’insinuent, plus légères, plus ludiques. Un spectacle-performance qui gomme l’apprêté du réel et efface les grands discours. Un précipité des sens, lumineux et électrique, entre poésie orale et sensualité exacerbée.