JACHÈRE

2 décembre
 | 20h00

Un bar ordinaire autour duquel gravitent des êtres énigmatiques, dont on ne capte que des bribes de biographie. Il y a le pilier accroché à son tabouret, une jeune fille troublée par ses désirs, un homme mis à l’écart, un nouveau qui ne sait où se mettre, une vieille dame qui marmonne et la patronne qui semble tenir cette drôle de meute. Ils sont en marge, en jachère, laissés à l’abandon. Des clowns décalés, maladroits, souvent à contretemps et au bord de la chute. Chacun semble obsédé par ses propres névroses et c’est toujours la même rengaine. Ils se parlent sans s’écouter, donnent des ordres auxquels personne n’obéit. Ils crient, pleurent et s’évanouissent dans ce lieu fantomatique... S’appuyant sur des écrits de Murakami, Dante, Nabokov, Emmanuel Bove ou la Bible, Jachère s’est construit par strates successives. Au fil des répétitions, les personnages se sont dessinés, leurs histoires se sont tissées, des territoires ont été définis. Au-delà du texte, séquences sonores, chants a capella et vidéo rythment le spectacle comme autant de pulsations issues des êtres et de la vie. Une pièce qui ne ressemble à aucune autre. Une symphonie de petites histoires révélatrices du monde. Une partition pour six naufragés entre violence du réel et douceur de l’imaginaire...